PREMIÈRE RENCONTRE

Chez pépé et mémé, 2004

"-Dis papa, ze peux pas rester dehors?"

James n'était pas vraiment rassuré à l'idée de laisser sa fille jouer toute seule dans l'imposant jardin... mais il savait qu'il n'en avait pas pour longtemps et qu'elle ne risquait rien, dans le fond... Jessie lui répétais tout le temps qu'il se faisait trop de soucis au sujet de Victoire, qu'elle n'était pas en sucre, que ce n'était pas bon de l'étouffer de la sorte, de trop la couver, et il savait que dans le fond, elle avait raison... 

"-C'est d'accord... mais tu n't'éloignes pas de la fenêtre!"

Il avait déposé un petit baiser sur sa joue poupine et l'avais laissé s'échapper et courir en riant jusqu'à la porte. Il ne put s'empêcher d'esquisser un petit sourire empreint de tendresse : en réalité il se sentait un peu idiot, elle l'avait encore eu avec son regard de Caninos battu, et encore une fois, il n'avait pas protesté. Dans un sens, elle lui faisait penser à lui, il avait le même regard étant enfant pour faire pitié à ses tuteurs et à ses abominables parents, à la différence que cela ne fonctionnait jamais. Il ne priverait pas sa précieuse progéniture de ce dont il convoitait tant à l'époque, autrement dit des occupations normales d'enfants... Elle était le portrait craché de Jessie, finalement, non seulement physiquement, mais surtout à toujours obtenir ce qu'elle voulait en abusant de son caractère conciliant. Il ne pouvait s'empêcher de lorgner par la fenêtre sans cesse lorsqu'elle disparu de son champ de vision : il senti son cœur s'emballer et le stress le dévorer, la panique l'envahir... lorsque la main frêle de mémé le coupa dans son futur élan, comme si elle avait lu dans ses yeux qu'il s'apprêtait à se lever afin d'épier Victoire...

"- Laisse la s'amuser petit James, elle ne risque rien ici, tu l'sais bien, c'était ton terrain de jeu favori lorsque tu étais petit...
- Hm oui tu dois avoir raison... bon, revenons en à nos Waoutwaout!"

James était ici afin de faire soigner son pauvre Vortente qui était atteint d'un mal étrange. La toute jeune infirmière Joëlle de sa ville avait fait pire que mieux, aussi il comptait sur le talent légendaire de ses anciennes nourrices afin de rétablir son Pokemon...
-
"Nous y sommes Madame", dit solennellement Hopkins en ouvrant la portière de Mme Morgan comme le vulgaire valet qu'il était, patientant comme un imbecile, étriqué dans son costume hors de prix par cette chaleur étouffante. L'élégante Theresa posa doucement son pied à terre tout en ouvrant son éventail, avant de tendre sa main au majordome qui s'empressa de l'aider à se lever délicatement, avant d'ouvrir une ombrelle et de la suivre, l'abritant du soleil : il serait déconvenue que les rayons solaires ne laissent de disgracieuses et vulgaires marques de paysanne sur son teint immaculé de porcelaine.. Suivie de son mari, elle pénétra la somptueuse bâtisse victorienne de pépé et mémé qui n'était autre que leur propre maison de campagne, ces vieux ploucs n'étant que de simples gardiens... 

Le noble couple et leur larbin avancèrent d'un pas distingué jusqu'à voir une petite fille s'amuser à cueillir des fleurs dans le jardin. Cette petite peste inconnue énerva Theresa au plus haut point : pour qui se prenait cette insolente enfant? Est ce que les vieux étaient au courant de sa présence, où est ce que ses pécores de parents l'avaient laissé traîner dans le coin...? Diantre, ils en étaient tout retournés!

"Eh bien que faites vous ici ma chère amie?", demanda en premier William en croisant les bras, n'ayant de toute évidence aucun tact ni expérience en matière de dialogue avec une enfant de 3 ans, lui qui n'avait pas daigné élevé son fils, pas plus que sa femme d'ailleurs... Victoire leva un sourcil et croisa les bras à son tour

"-Z'attend papa!"

Papa? Theresa essaya a son tour, elle enchaîna

"-Et puis-je savoir comment se nomme ton père, chère enfant?"

Victoire les regardait d'un air curieux, c'était qui ceux la ?

"-Papa!"

Dans la tête de la petite fille, cette question était stupide : James n'avait pas d'identité autre que celle d'être son papa, d'ailleurs Jessie s'appelait elle aussi maman. Seul Miaouss était oncle Miaouss, et donc disposait d'un prénom, si l'on peut considerer que son espèce en fut un... 

Les Morgan détestait déjà cette gamine : elle avait le même air débile et discourtois que leur traîne savate de fils, le même air niais et en même temps plein d'affronts... 

William pencha la tête à la fenêtre, ne voulant pas laisser la possibilité à la petite de s'enfuir à la moindre occasion, étant en plein délire suspicieux dans lequel cette enfant du peuple était venue piller leur précieux jardin luxueux, et c'est alors qu'il se senti mourir sur place : n'était ce pas son fils, la, près de la vieille?! Il blêmit 

"-Pourrais je savoir,.. à quoi ressemble votre père, Milady?.."

Il avait une boule dans la gorge, les mains moites, pris de vertiges malgré son air placide : il ne voulait pas y croire, c'était impossible, ça ne pouvait pas être vrai, non, c'était trop fou, incroyable, un cauchemar, il allait se réveiller...! Pas son fils et son abominable descendance, pas aujourd'hui... et pourtant

"-Oui c'est lui là bas mais moi z'm'appelle Victoire!"

... le doigt de la petite fille à la queue de cheval magenta pointant la fenêtre fit tomber le couperet, tuant presque Theresa d'une crise cardiaque...

"-Hopkins, démarrez la voiture je vous prie : nous partons."